Publié le 08/11/2017

Une contribution de 5000 €uros à l’APESA

De gauche à droite : François-Xavier Deflou, Directeur général de Seine-et-Marne Développement, Jean Huault - Président d’APESA 77, Olivier Morin – Conseiller départemental, Président par intérim de Seine-et-Marne Développement, Jean Gaillard - Président du Tribunal de Commerce de Melun, Pierre Lory - Président du Comité de Liaison Économique de Seine-Et-Marne (CLÉ 77)
De gauche à droite : François-Xavier Deflou, Directeur général de Seine-et-Marne Développement, Jean Huault - Président d’APESA 77, Olivier Morin – Conseiller départemental, Président par intérim de Seine-et-Marne Développement, Jean Gaillard - Président du Tribunal de Commerce de Melun, Pierre Lory - Président du Comité de Liaison Économique de Seine-Et-Marne (CLÉ 77)

Mercredi 8 novembre, Seine-et-Marne Développement a organisé un déjeuner de presse afin de remettre officiellement sa contribution d’un montant de 5000 €uros à l’APESA

Le 3 mai dernier, les membres du Conseil d'Administration de Seine-et-Marne Développement ont autorisé, à l'unanimité, l'adhésion de l'Agence à l'Association APESA (Aide Psychologique pour les Entrepreneurs en Souffrance psychologique Aiguë) et ont décidé d'apporter une contribution financière de 5 000 € à cette association seine-et-marnaise créée en octobre 2016.

L'association seine-et-marnaise est la  première en France créée par deux tribunaux (tribunaux de commerce de Melun et de Meaux) et l'ensemble des acteurs économiques, juridiques et sociaux du département. Elle est issue d'une convention signée avec APESA France.

L'origine d'APESA

Depuis la crise économique de 2008, une hausse du nombre d'entreprises en difficultés a été constatée dans les Tribunaux de commerce.

Alors que la tendance est au « mieux vivre en entreprise », on est tenté d'ignorer le chef d'entreprise qui garde cette image d'invulnérabilité et a pour mission de prendre soin de ses salariés. Il s'avère qu'il existe une importante détresse psychologique du chef d'entreprise et les professionnels des juridictions consulaires se trouvent souvent démunis pour leur apporter l'aide humaine dont ils ont besoin.

Fort de ce constat, Marc Binnié, greffier au Tribunal de commerce de Saintes (Charente-Maritime) s'est rapproché de Jean-Luc Douillard, psychologue clinicien, à l'occasion d'une conférence. M. Douillard est le coordinateur du programme régional de prévention du suicide pour le sud de la Charente-Maritime.

Le fruit de cette rencontre a été la création d'un dispositif inédit en septembre 2013 : APESA pour Aide Psychologique pour les Entrepreneurs en Souffrance Aiguë.

Depuis, une équipe de près de quatre-cents praticiens, spécialisée dans les addictions, la prévention du suicide et la médiation familiale, a aidé plus de 500 chefs d'entreprises. Parmi ces derniers, des patrons de PME du BTP, des artisans, des femmes dirigeantes seules avec enfants ou encore des pharmaciens, des boulangers...

Les patrons de PME sont naturellement le cœur d'un dispositif de soutien psychologique au sein des juridictions commerciales. Deux facteurs aggravant les rendent de fait particulièrement fragiles face à la souffrance psychologique induite par les difficultés que peut rencontrer leur entreprise.

Tout d'abord, l'entreprise a souvent un caractère familial. Si les affaires vont mal, c'est alors l'entreprise du père ou du grand père qui est détruite et le nom de la famille auquel il est porté atteinte.

Ensuite, la majorité des patrons de PME connaissent bien leurs salariés, ainsi que leurs familles. Un échec entrepreneurial dans ce contexte met l'entrepreneur directement face à sa responsabilité sociale. Difficulté supplémentaire lorsqu'on évolue déjà dans un environnement où l'échec est tabou et où la solidarité est rare.

Pour en savoir plus http://www.apesa-france.com/

Contacts Presse : Seine-et-Marne Développement - Patricia Montin, Chef de projet – Communication   Téléphone : 06 89 90 07 54 p.montin@smd77.com

 

Tags: 

Abonnez-vous à notre newsletter

Format : 11/2017
Format : 11/2017